59 RIVOLI, une galerie d'art pas comme les autres…

Le 5 avril 2019, je me suis rendue au 59 rue de Rivoli dans le premier arrondissement de Paris afin de découvrir ce lieu de création alternatif devant lequel je passais depuis plusieurs années sans prendre le temps de m'arrêter. Première surprise ? La décoration des escaliers et les six étages d'ateliers ouverts au public. Regardez !

Galerie-Art-Paris-59 Rivoli-WorldmadeStories
Avril 2019, L'Essaim d'art, Installation réalisée par Ève Tesorio et Karin Kralova.

L'histoire du lieu…


Si vous êtes Parisiens, vous connaissez forcément la rue de Rivoli. Longue de près de 3 kilomètres, elle est surtout connue pour sa connexion au Jardin des Tuileries et sa concentration de boutiques qui en font un lieu de rendez-vous privilégié des fashionistas.


N'étant pas une adepte des zones à forte densité commerciale, j'ai doublement apprécié ma halte d'environ une heure dans cet imposant immeuble haussmannien. En arrivant sur les lieux, on peut lire "59 Rivoli, After Squat". Cette affiche en dit long sur son histoire. "After Squat" signifie qu'il s'agissait à l'origine d'un squat. Le 1er novembre 1999, trois artistes militants (Frédéric Hébert alias Gaspard Delanöe, Kalex et Bruno) prennent possession de la propriété abandonnée appartenant au Crédit Lyonnais et aux pouvoirs publics. Ils embarquent avec eux une dizaine d'artistes qui y trouvent refuge pour créer, partager et même y vivre. Deux ans plus tard, l'ancien maire de Paris Bertrand Delanoë rachète le "59 Rivoli Squat" et le légalise. C'est de là que vient "59 Rivoli After Squat".


</