JEMA 2019, trois rendez-vous d'exception en un week-end…

La treizième édition des Journées Européennes des Métiers d'Art s'est déroulée du 1er au 7 avril avec pour thème "Métiers d'art, signatures des territoires". À cette occasion, j'ai eu l'opportunité de rencontrer le couturier Santiago Lomelli, le maître bottier Philippe Atienza et le maître d'art en haute-maroquinerie Serge Amoruso en prenant rendez-vous avec eux avant le jour J. Maintenant, à mon tour de partager avec vous la passion et la générosité reçues de ces trois hommes.

Santiago Lomelli, Serge Amoruso et Philippe Atienza

J'adore les Journées Européennes des métiers d'art car, même si l'on peut tout au long de l'année aller à la rencontre d'un artisan, c'est lors de ces portes ouvertes spéciales que l'artisanat d'art devient le centre d'intérêt de nombreux Français et l'occasion de générer une joyeuse effervescence au niveau national et européen. Petits et grands partent en immersion dans les ateliers pour découvrir, échanger, apprendre et parfois même pratiquer pour se rappeler la richesse des savoir-faire de nos territoires souvent méconnus. Pour cette treizième édition, j'ai décidé de découvrir les coulisses de lieux bien gardés, généralement inaccessibles au grand public. Une sensation d'être une privilégiée !



SANTIAGO LOMELLI, bien plus qu'un couturier


Le vendredi, j'ai rencontré le couturier dans son atelier privé situé rue du Bac, dans le quartier Saint Germain des Prés. D'origine mexicaine, Santiago Lomelli est depuis 22 ans spécialiste de robes du soir et de mariage. Avec un grand-père maternel italien et tailleur de métier, son amour pour les belles matières se développe tout doucement et le conduit à se former à différents métiers d'art dans l'univers du stylisme-modélisme entre le Mexique, l'Italie (Milan) et la France (Paris). Il démarre son activité très tôt, après une première formation au Mexique qui se conclue par l'ouverture de sa première maison de couture à l'âge de 17 ans dans sa ville natale, Guadalajara. Après plusieurs années d'expérience au Mexique, il décide de tout quitter en 2007 pour se former à nouveau à Milan puis dans la capitale de la Haute Couture où il s'installe définitivement. Ce riche parcours lui permet aujourd'hui de réaliser ses créations de A à Z et d'être régulièrement sollicité par de grandes maisons de mode comme Chanel.


Dans son atelier, il excelle dans plusieurs spécialités comme la broderie, la marqueterie de plumes ou encore la création de fleurs artificielles à l'aide d'une presse d'époque offerte par son grand-père.


Santiago Lomelli explique deux méthodes de confection d'un vêtement : le moulage sur mannequin ou le dessin à plat.



Découverte de l'exceptionnel processus de fabrication des fleurs artificielles

PHILIPPE ATIENZA, l'expert des souliers sur-mesure


Mon deuxième rendez-vous d'exception était le dimanche 7 avril avec Philippe Atienza. Dans sa boutique-atelier du Viaduc des Arts, le mot d'ordre est savoir-faire d'antan pour souliers dans l'air du temps. M. Atienza, grand passionné d'équitation, a débuté son métier en 1978 après une longue formation chez Les Compagnons du Devoir. Il a dirigé les ateliers de production de souliers de grandes maisons avant d'ouvrir en 2016 son propre atelier de chaussures sur-mesure pour femmes et hommes.


La particularité de la boutique de Philippe Atienza est qu'à travers les vitrines on peut y observer son équipe à l'œuvre. Il a souhaité rendre visible la fabrication, gage d'un savoir-faire traditionnel mais aussi de transparence et de qualité. J'ai adoré l'écouter nous expliquer les étapes-clés du processus de fabrication, nous parler des contraintes techniques et de son équipe. Il s'est même intéressé à chacune des personnes composant le petit groupe de curieux en nous demandant ce que nous faisions dans la vie et ce qui nous avait amené à cette visite.


Philippe Atienza. J'ai découvert que le talon de la botte au premier plan n'était pas en bois comme on pourrait le croire. Même si au toucher et au bruit, on a une impression de bois, ce sont en fait plusieurs épaisseurs de cuir mouillées, séchées puis superposées et collées. Une technique qui se raréfie.


La boutique-atelier de Philippe Atienza est située au 53 Avenue Daumesnil dans le 12ème arrondissement.

SERGE AMORUSO, le Maître d'Art en haute-maroquinerie


Autre privilège des JEMA 2019, ma rencontre avec Serge Amoruso dans sa boutique du Viaduc des Arts située au 37 Avenue Daumesnil. M. Amoruso est Maître d'Art spécialiste du sur-mesure en haute-maroquinerie. Ses créations, toutes aussi étonnantes les unes que les autres (tant au niveau du choix des matières rares et de grande valeur que des formes et coloris extérieurs et intérieurs), ont suscité en moi respect et étonnement constant tout au long du rendez-vous de plus d'une heure.


Au delà de son savoir-faire incontestable en haute-maroquinerie, le savoir-être de Serge Amoruso m'est resté. C'est plus qu'un passionné, un personnage en exploration constante (ivoire de mammouth, météorites, cuir de pirarucu - poisson d'Amazonie), qui recherche d'abord son propre émerveillement avant de le partager avec ses clients. Comme il le dit, il tient à s'amuser avant tout, à prendre plaisir dans ses nombreux projets (horlogerie, bagagerie, bijouterie, mobilier,...).


Cette authenticité et cette richesse explosent lorsqu'on l'observe parler de son métier-passion. M. Amoruso déborde d'énergie, d'anecdotes et présente chaque pièce, chaque morceau de cuir comme un objet unique, avec une impressionnante maîtrise de chacune de leurs caractéristiques. L'objet devient un symbole, une histoire. Il prend vie et devient presque aussi présent et singulier que son créateur.

Serge Amoruso devant une partie de son stock de peaux rares venant des quatre coins du monde.


L'atelier-boutique de Serge Amoruso est situé au 37 Avenue Daumesnil dans le 12ème arrondissement.

C'est déjà la fin. J'espère que cet article a été aussi riche en apprentissages pour vous que pour moi. Pour ma part, j'ai appris, au-delà des aspects techniques de ces trois métiers, que l'humilité n'avait ni âge ni origine. Le point commun de ces trois portraits d'exception ? Aller au bout de ses rêves par le travail et surtout, rester humble et ouvert aux autres quelque soit son statut, son titre, son parcours et sa situation socio-professionnelle. Un énorme merci à ces messieurs pour leur confiance, leur accord de publication de ces clichés et leurs réactions encourageantes à mes posts sur la page Instagram de Worldmade Stories. Merci aussi à vous chers lecteurs et à très vite pour une nouvelle histoire.

Pour suivre mes rencontres artistiques et artisanales de plus près, rendez-vous sur le compte Instagram : www.instagram.com/worldmadestories.


Avec tout mon cœur,

Happy Ness

Tissons des liens !

Téléphone :

+33 (0) 6 17 01 60 80 

Courriel :

hello@worldmadestories.com

Adresse :

22 Rue de Carnac 78180 Montigny-le-Bretonneux, France

  • LinkedIn
  • Blanc Facebook Icône
  • Instagram
  • YouTube

© 2020 Worldmade Stories