Organiser un team building écoresponsable avec Amandine, Artisane en marqueterie de paille…

Maintenant vous le savez. J'adore raconter des histoires d'artisans ! Pour finir le mois de novembre, je vous propose de découvrir celle d'Amandine, membre active de la Superbe Communauté Worldmade Stories et artisane d'art pluridisciplinaire basée à Veyrins-Thuellin dans l'Isère. Belle immersion dans son univers ! Vous pouvez aussi découvrir son team building écoresponsable autour du développement durable ici.

Amandine, Ebeniste & Marqueteuse de paille française

Il était une fois, Amandine. Amandine est une jeune artisane d'art française. Après un master, elle démarre une carrière professionnelle dans le secteur bancaire. Jour après jour, Amandine réalise qu'elle a besoin de créer pour s'épanouir. De nature prudente, elle reste tout de même dans ce monde malgré la monotonie. Mais dix ans après, elle prend une grande décision. Elle ose quitter la stabilité de son poste pour une reconversion en CAP Ébénisterie. Elle obtient son diplôme en juin 2018 à l'école l'Estampille en Haute-Savoie et complète sa formation avec une initiation à la marqueterie de paille. Voici son histoire.

DE LA BANQUE À L'ARTISANAT D'ART


Pourquoi as-tu décidé de quitter ta précédente activité pour l’artisanat/l’art, un secteur certes en croissance mais plutôt difficile ?

J’ai travaillé pendant dix années dans le secteur bancaire. Les valeurs dans cet environnement ne cadraient pas avec les miennes.

C’est un métier dans lequel j'ai subi de multiples pressions. Il n’y a aucune place à la créativité alors que je suis une personne qui réfléchit en permanence quitte à en perdre le sommeil. Il fallait donc que j’assouvisse ce besoin de créer. C’est une sorte de méditation quotidienne pour moi et c’est libérateur.

Quoi de plus gratifiant à la fin d’une création que d’avoir devant soi un objet que l’on a fabriqué. La plus belle des récompenses est de voir l’émotion et l’admiration dans le regard des gens qui regardent ma création… Rien que pour cela, je me dis que j’ai bien fait de me lever ce matin.


Comment définis-tu ton métier ?

Mon métier est un art ancestral qui est passé aux oubliettes au fil du temps. Cette technique ne demande pas beaucoup de matériaux mais exige beaucoup de rigueur, de la patience, patience et patience…


Comment es-tu entrée dans la grande famille des métiers d’art ? Quel a été le point de départ ?

Mon éducation et mes études ne m’ont jamais vouée aux métiers d’art malgré mon attirance pour cet univers. Ma grand-mère m’a appris à tricoter, ma maman faisait de la couture et moi je passais des heures dans ma chambre à dessiner ou à rêver de projets fous.

Des fois, il y'a des évènements importants dans la vie qui remettent tout en question et notamment sur soi. Un jour je me suis dit qu’on a qu’une seule vie, qu’elle est courte et qu’il ne fallait avoir aucun regret. Alors me voilà aujourd’hui !

De nombreux métiers d’art sont de plus en plus en souffrance depuis plusieurs années. Les Ateliers d’Art de France ne cessent d’alerter le gouvernement à ce sujet. À ton avis, à quoi cela est-il dû ?

Je pense qu’aujourd’hui il est facile d’acheter un bien à quelques euros, à un prix qui ne reflète pas la vraie valeur de l’objet. Désormais, on peut acquérir des biens ou services à bas prix ce qui fait qu'on a tendance à oublier la réalité : industrialisation, personnes exploitées, transport polluant…

En France, on a un vrai savoir-faire certes plus onéreux que dans d'autres pays mais issu de notre culture et il est important de le faire survivre… Il en va de sauvegarder notre patrimoine. Il vaut mieux consommer moins mais de meilleure qualité.


En une phrase, que dirais-tu à un client potentiel peu informé sur l’artisanat d’art pour le convertir en client ambassadeur de tes créations ?

Acheter à un créateur, c’est soutenir ses joies, ses échecs, ses réussites, sa créativité… C’est soutenir la préservation d’un savoir-faire de notre patrimoine culturel.


Raconte-moi une heureuse expérience vécue dans ton parcours d’artisan d’art et d’entrepreneur

Je crois que ma plus belle expérience en tant qu’artisan a commencé avant mon lancement officiel dans le métier. J’étais en phase de recherche créative et d’expérimentation juste après l’obtention de mon CAP Ebéniste lorsque j’ai rencontré une dame avec qui j'ai discuté de ce que je faisais. Ce n’est qu’à la fin de la conversation que cette dame m’a dit qu’elle était décoratrice d’intérieur, qu’elle trouvait mon travail magnifique et qu’il fallait absolument que je me lance dans la vie d’artisane. Je ne m’attendais pas du tout à tant de compliments et d’encouragements venant d’une personne du métier de la décoration d’autant plus que j’ai une fâcheuse tendance à douter de moi. De temps en temps quand je suis en période de doute je repense à ce moment-là pour me redonner du courage.


A quel type de profil s’adresse tes créations ?

La marqueterie de paille est très peu connue du public. On la retrouve essentiellement dans le milieu du luxe car ce procédé est long à mettre en œuvre avec des prix très élevés. Mon but à moi est de faire découvrir cette technique ancestrale fabuleuse au plus grand nombre en réalisant de petites pièces à des prix abordables.



IDENTITE ET ENTREPRISE


Sur son nouveau chemin, Amandine vit son rêve devenu son métier passion. Son univers mixte mêle quatre savoir-faire d'exception avec beaucoup de délicatesse et de sensibilité : ébénisterie, marqueterie de paille, origami et kirigami. C'est aujourd'hui une artisane d'art qui prend beaucoup de plaisir à créer des luminaires et objets de décoration épurés dans des matériaux naturels et des tonalités monochromes. Elle aime jouer avec la lumière et rendre hommage à la nature sous toutes ses formes.


Trois mots pour définir le style de ta marque, ton identité artistique ou artisanale ?

J’ai un style très épuré. J’essaie de sortir des sentiers battus. J’expérimente et essaye d’associer plusieurs techniques différentes pour apporter du renouveau à cette technique ancestrale. Je pense qu’aujourd’hui mon identité artistique se caractérise plus par la finesse de mon travail. Il n’y a pas longtemps je discutais avec une autre artisane en marqueterie de paille et elle m’a fait le plus beau compliment que l’on puisse faire à un artisan : « Quand je vois des photos de tes créations, je sais immédiatement que c’est toi, tu as su trouver ta propre identité dans ce métier. »

Aujourd'hui, c'est la nature. Hier, c'était plus la géométrie. Demain sera fait d'autre chose. Je ne me bride pas à un seul type de sujet. Je vais là où me poussent mes sens.

Que t’apporte ton travail de création et plus généralement la créativité dans ta vie personnelle et professionnelle ?

J’ai déjà un petit peu répondu à cette question mais cela m’apporte de l’épanouissement dans ma vie professionnelle et par effet collatéral dans ma vie personnelle aussi.


Pourrais-tu me raconter une journée-type à l’atelier et me parler des compétences qu’il est nécessaire de développer, au-delà de l’aspect technique, pour être artisan d’art et entrepreneur ?

Être artisan est un métier multitâche. Outre trouver l’idée de la création, la conceptualiser, la réaliser, il y a aussi les métiers de comptable, de marketing, de coursier, d’intendant, de SAV, de communication, de photographe, de webmaster et de mère de famille… je pense en oublier !

La journée type est difficile à respecter au strict horaire mais c’est :

- Au lever, gestion des mails et réseaux sociaux

- Planification de la journée

- 8H, École des enfants

- Jusqu’à 9H, Tâches ménagères

- Ensuite, travail jusqu’à 16H en essayant de ne pas se faire absorber par la vie personnelle. Lorsqu'on travaille à l’extérieur, on n'a pas le choix tandis qu’à la maison, on est vite attiré par les tâches comme faire une lessive, passer l’aspirateur, ranger… Il est important de se fixer des objectifs et de s’y tenir pour éviter toute tentative de procrastination.


En quoi ta production est-elle écoresponsable ? Pourrais-tu nous en décrire les principales étapes ? De quels outils as-tu besoin pour travailler ?

Je ne travaille que des matériaux naturels. Je me fournis en bois dans une petite scierie familiale à côté de chez moi qui ne travaille qu’avec des bois gérés durablement et écoresponsables. Ma paille est produite en France en Haute-Loire.

Quand je reçois la paille, elle se présente en petits fagots. Il faut donc l’ouvrir brin par brin, l’écraser pour qu’elle soit la plus plate possible et ensuite la coller sur le support également brin par brin avant de la découper selon le motif voulu. Cette technique ne nécessite que très peu de matériel : de la colle, un pinceau, un cutter, une règle, un plioir et beaucoup de patience…



Arrives-tu à vivre convenablement de ton activité ? Grâce aux ventes ou aux ateliers ?

Ma société est encore jeune et avec le coronavirus c’est très compliqué pour l’instant. Cela demande beaucoup d’efforts pour se faire connaitre du public. Mais cela m’a permis de me remettre en question et de repartir encore plus forte. Les choses commencent à bouger pour moi donc « je touche du bois » ! Mon compte Instagram a de plus en plus d’abonnés et j’ai de superbes compliments. Je pense que la période de Noël va être très propice.


Où peut-on admirer tes créations ?

Aujourd’hui essentiellement sur mon site internet ou mon compte Instagram. Tout récemment, j'ai démarré une collaboration avec La Banquette Bleue, une boutique de créateurs basée à Lyon, rue Auguste Comte. Alors si vous êtes dans le coin, n’hésitez pas à y faire un tour. C’est une très belle boutique où vous ne trouverez que des pièces d’artisans passionnés et doués de pleins d’univers différents.



UNE FEMME CONFIANTE EN L'AVENIR


Quel est ton rapport au partage, à la transmission de ton talent, de ton métier ?

La marqueterie de paille est une technique très peu connue et il me tient à cœur de lui rendre toutes ses lettres de noblesse. Mon métier me passionne et je suis intarissable sur le sujet. Je n’ai pas encore beaucoup d’expérience dans le domaine du partage de mon savoir mais le peu d’expérience que j’en ai eu a été un bonheur pur de voir les participants repartir émerveillés par le résultat de leur travail de création.


Qu’est-ce qui te fait le plus vibrer dans ton métier ?

Difficile de répondre à cette question car tout me fait vibrer, de l’imagination du projet jusqu’à sa concrétisation. Je pense qu’en fait ce qui est peut-être le plus vibrant est la reconnaissance finale du public.


Qu’est-ce qui te donne de l’énergie au quotidien ?

Tout simplement mon travail. Comparé à ma première vie, les réveils étaient difficiles. Il fallait m’armer d’énormément de courage pour affronter la journée. Aujourd’hui je me lève avec le plus grand plaisir, le sourire aux lèvres en pensant à ce que je vais accomplir.

Mon père nous a toujours dit qu’il n’y a rien de plus important dans la vie que de faire un métier que l’on aime. C’est grâce à cela, forte de cette conviction, que j’ai puisé ma force et réussi à sauter le pas.

Les cyanotypes, une nouvelle série de créations imaginées par Amandine en cette fin d'année !

L'interview d'Amandine s'achève ici mais vous pouvez suivre son aventure entrepreneuriale et créative sur ses différents réseaux.

Pour découvrir sa marque Maison Ata,

https://maisonata.fr/

Pour suivre les coulisses de son activité sur Instagram,

https://www.instagram.com/maisonata


Si cet article vous a plu, laissez un message en commentaires et partagez-le au sein de votre réseau pour en faire profiter vos proches. N'hésitez pas à me faire part d'autres sujets sur lesquels vous aimeriez me lire ou apporter votre contribution à l'adresse hello@worldmadestories.com.


Pour suivre mes rencontres artistiques et artisanales de plus près, rendez-vous sur www.instagram.com/worldmadestories.


Avec tout mon cœur,

Vanessa Lokossou

Tissons des liens !

Téléphone :

+33 (0) 6 17 01 60 80 

Courriel :

hello@worldmadestories.com

Adresse :

22 Rue de Carnac 78180 Montigny-le-Bretonneux, France

  • LinkedIn
  • Blanc Facebook Icône
  • Instagram
  • YouTube

© 2020 Worldmade Stories